• Les derniers préparatifs pour la scénographie !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Samedi 28 avril 2018   

    Un lycée presque vide ce matin... excepté les ouvriers s'adonnant à la construction des nouveaux bâtiments du lycée et le bruit des travaux.

    Une surprise dans ce désert sens dessus dessous : quelques courageux survivants de ces sept éprouvantes semaines de cours : les lycéens de l'option théâtre, The Backpack Twelve, émergés sur ce radeau, pour répéter avant leur représentation du mois de mai. Malgré la fatigue, ils sont tous là : Téhila, Océane, Jade, Didier, Farah, Gloria, Matthieu, Lucas, Unisse, Sixtine et Elykia ; voltigeant de tous côtés pour rétablir minutes après minutes, les sautes d'humeur de l'électricité. 

    Alors, mes félicitations à ces artistes pour leur persévérance, preuve de leur passion et de leur esprit de troupe inénarrable !! Jamais de jugement mais des échanges et un regard avisé sur le travail de mise en scène ; tel est le secret de cet esprit créatif qui les auréole. Exactement ce qui permet d'avancer ensemble : " Il faut partir du principe que les autres sont comme vous, établir le contact avec eux, et alors quelque chose se passera. Vous progresserez ensemble sans porter de jugement." Y.Oida

            La fatigue, si elle peut engourdir l'esprit et laisser les phrases se brouiller ou bredouiller, offre parfois d'authentiques moments de relâchement dont naissent de purs bijoux d'interprétation...

     

    On manque un peu d'espace... pas de salle de spectacle mais cela suscite du coup une forme de créativité inattendue.

    Un début de vacances théâtral !

    Un début de vacances théâtral !

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les deux Justine à l'oeuvre !

    Un début de vacances théâtral !

    Un début de vacances théâtral !

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un début de vacances théâtral !

    Un début de vacances théâtral !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des échanges tout en délicatesse, dans la profondeur d'âmes adolescentes meurtries... se cherchant une place dans le monde.

     

                               

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  
     
     

    A LA UNE

     

    Jeudi 26 Avril - 19H - Salle Tchicaya U Tam'SI

    HARD ITINERAIRE, Aipeur #Danse

    Avec sa danse si particulière, à la fois puissante et sensible, Aipeur Foundou souhaite raconter son parcours, dans ses bons comme ses mauvais moments. Il s'accompagne pour cela de son fidèle complice, Chériff Bakala, rappeur et chanteur, dont la voix grave et les textes puissants viendront rythmer le spectacle en crescendo. Le scénographe Donald Bouesso les accompagne dans cette création, en concevant un décor mobile, qui évolue au fil du spectacle. Ensemble, en symbiose, ils témoignent du combat permanent des artistes au Congo Brazzaville.
    Chorégraphie et interprétation : Drévy Ivernel Foundou
    Chant : Chériff Bakala

    Entrée 3000 FCFA / Gratuit adhérents

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •     Mardi 5 décembre 2017, toute la troupe des lycéens de l'option pénètre dans l'arrière-cours de l'IFC pour assister à cette pièce de Laurent Gaudé, "Le Tigre Bleu de l'Euphrate", mise en scène par le comédien Pierre Claver Mabiala. 

        Suite à une préparation chorale en amont, tant sur le personnage d'Alexandre que sur des extraits de la tragédie écrite par Laurent Gaudé aux éditions Actes Sud, les voici enfin sur leurs vétustes chaises, dans ce petit espace baptisé du nom du grand poète congolais Tchikaya U'Tamsi.

         Quelques questions les taraudent : que représente donc vraiment ce Tigre Bleu de l'Euphrate ? Comment, en un monologue, mettre en scène l'esprit de conquérant d'Alexandre, le registre épique des batailles racontées ? Comment traduire l'intensité de sa ferveur ?  

         

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •       Travail sur l'acmé de l'intrigue... ce moment où la parole, presque inconsciemment, resurgit de la bouche- ou ne devrait-on dire-  du corps entier de Justine... Ce moment où tous les personnages demeurent atterrés par une révélation insoupçonnée. C'est alors que nos comédiens doivent puiser au fond de leur corps, là, au centre du corps : et oui, ce ventre d'où les émotions affluent et vers lequel elle refluent. L'esprit le comprend mais le corps reste parfois hermétique, inhibé, ce qui demande un intense travail pouvant aller jusqu'à l'épuisement pour laisser affleurer l'intensité d'une émotion ;   la "beauté" de l'expression qui sonne juste.

    Entrer dans les mots par le corps ou dans le corps par les mots...

    "Comme dans la danse, en silence, l'acteur crée de la place pour le corps, recherche les gisements d'être inexploités, à mettre en jeu" Daniel Sibony

    Entrer dans les mots par le corps ou dans le corps par les mots...

     

     

     

     

     

     

     

     

    Entrer dans les mots par le corps ou dans le corps par les mots...

     

     

     

     

     

     

     

     

    Entrer dans les mots par le corps ou dans le corps par les mots...

     

    "J'aimais les faire rire..."

    Entrer dans les mots par le corps ou dans le corps par les mots...

    Impossible d'en dévoiler plus...

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires